Exposition

Lunatic Park

l'exposition est ouverte tout l'été
- du lever au coucher du jour -
MdR_Flyer-LP_A5_HD

33 artistes exposant dans le parc de l’hôpital psychiatrique de Malévoz, sur plus de 80’000 mètres carrés.

A partir de cette année, Bex et Arts a son vis à vis de l’autre coté du Rhône. Les jardins magnifiques de Malévoz accueillent durant tout l’été les œuvres de 33 artistes. La plupart sont valaisans, mais pas que. Il y a des jeunes et des plus expérimentés, une parité presque parfaite entre hommes et femmes, de la peinture, de la sculpture, de la photographie, des installations. Une bonne partie des œuvres ont été créés sur place, elles ne seront visibles qu’ici. Une belle diversité qui témoigne de l’état de l’art et de son dynamisme.

La visite dure une petite heure.

 

Le jardin

Le jardin de Malévoz est le plus grand parc public du canton. Il est également le théâtre de nombreuses activités comme la fête de la musique, les balades printanières, etc.

Le samedi 22 mars 2014, un clou rouge a été planté dans les jardins de Malévoz. Cet opération organisée par Patrimoine suisse-Section Valais vise à attirer l’attention des patients, des visiteurs, du personnel mais également et surtout des décideurs et des planificateurs. Un clou pour dire qu’un jardin est un espace en équilibre fragile, sans cesse menacé, jamais menaçant.

DISCOURS
Source et ressource, le jardin nous accueille en ses secrets, il offre à nos langueurs monotones ses formes familières, il surprend, il suggère. Il met en résonnance le réel de l’extérieur avec notre monde intérieur. Il relie les aléas de notre âme à la fête des sens. Le jardin organise un festival de couleurs et de parfum qui court en un cortège subtil du printemps à l’hiver. Le jardin fait vibrer notre corde sensible, le jardin parle à notre jardin intérieur.

Tous les sens sont saisis de ravissement. Le premier qui saute aux yeux, c’est la vue, évidemment, le jardin comme paysage est d’abord et avant tout une construction photographique, on peut zoomer sur la pâquerette ou faire un grand angle sur le décor lointain, le grand paysage offert par les Alpes Vaudoises. De la même sorte et suivant le même chemin, le jardin tout au long de l’année, s’exprime ensuite en parfum et senteurs. Il faut toucher et se laisser toucher par le jardin, se coucher dans le gazon mouillée, se laisser caresser par l’ombre se faire chatouiller par les graminées. Pour bien vivre le jardin, on devrait s’y jeter tout nu.

On peut évidemment goûter les fruits. Vous pouvez manger les petites fleurs, les glands. Enfant, nous cherchions les fruits des mauves que nous appelions les petits fromages, nous allions comme les guêpes puiser le sucre du trèfle, J’ai toujours été surpris de l’amertume des pissenlits qu’on utilisait comme des trompette.

Trompette du jardin, insectes bourdonnant, merles moqueurs, pinson ou pie vert, chant du vent dans les branches, gravier qui crisse sous les pas, atomiseurs ou tondeuses à gazon, le jardin est aussi une formidable machine à produire de la musique.

GB

jardin