Un bistrot / une terrasse / un salon littéraire

Du lundi au vendredi de 14h à 16h

Inaugurée le 15 mai 2015, lors de la 5e Fête de Ste Dympna, la buvette est un espace de rencontre pour boire un verre, lire le journal et papoter dans une ambiance de bistrot autogéré. Juste à côté se trouve un salon plus intime pour se reposer, bouquiner, jouer ou naviguer sur le net dans un joyeux désordre qui rappelle la maison. Et lorsqu’il fait beau, on se met sous les parasols de la terrasse évidemment.

 

 

 

 

 

 

Ateliers

Depuis mars 2014, Malévoz Quartier Culturel propose des ateliers artistiques quotidiens. Ils sont gratuits et ouverts à tous (patients, membres du personnel, visiteurs, curieux). Aucune inscription n’est nécessaire. Les ateliers offrent la possibilité d’explorer des pratiques artistiques de manière décomplexée et ludique dans un cadre convivial ou simplement de rencontrer un artiste au travail.

RDV à la Buvette du Torrent à 16 heures.

Ont animé des ateliers en 2018 :

Sarah Simli, cirque / Jacqueline Rommerts, collage / Raphael Pittier, poésie / Roberto Henking, dessins / Pierrot Bressoud, peinture / Armin Kressman, peinture participative / Eva Kirowska, conscience corporelle par le chant/ Angelina Aomar, expression corporelle / Nicole Magnin, calligraphie / Rafael de Brito, expérience musicale / Christel Voeffrey, batik / Hervé Kohler, TBD / Jean Margelish, atelier du voyage/ Elisabeth de Mérode, théâtre musical / Simon Crettol, danse / Hélène Bessero-Belti, dessin / Julie Annen, théâtre d’objets / Paula Brum, écriture 

Karaoké du jeudi : Nathan Pannatier, Rafael de Brito, Hervé Kohler, Jessica De Olivera, Barthélemy Pitteloud et Robin Lorétan

 

Ont animé des ateliers en 2017 :

Gausy Ponnaiah, musique / Angelina Aomar, expression corporelle / Roberto Henking, dessins / Pierrot Bressoud, peinture / Jean Morisod, dessin / Raphael Pittier, poésie / Aline Chappuis, musique/  Katy Roy, lecture / Romain Legros, design participatif / Pauline Richon, stop motion / Bruno Allain, penture / Julien Mages & Cendre Chassane, lecture / Armin Kressman, peinture  / Iris Aeschlimann, yoga/ Rafael De Brito, expérience musicale/ Manuela Macco, expression / Carol Bailly, collage / Sarah Simili, cirque / Bazil Felix, improvisation sonore / Cie instincts grégaires, théâtre, matière / Eva Kirowska, chant / Jacqueline Rommerts, collage / Nathan Pannatier, improvisation

Karaoké du jeudi : Estelle De Preux, Sylvain Ernst, Lucie Ometz, James Gürtner, Nathan Pannatier et Rafael de Brito

 

Ont animé des ateliers de 2016

Fréderic Schneider, bricolage / Angelina Aomar, danse / Jean Morisod, dessin / Gausy Ponnaiah, musique /Individuos Radio, son / Julien Jacquérioz, théâtre / Roberto Henking, dessins / Raphael Pittier, Poésie / Pierrot Bressoud, peinture / Merieme Mesfioui, dessin / Aurélien Patouillard, Théâtre / Claude Rossi, encre de chine / Claire Forclaz, voix / Iris Aeschliman, yoga.

Karaoké du jeudi : Natacha Décaillet, Sarah Champagne, Emma Chevalley, Estelle De Preux, Lucie Ometz, Florent Morisod

 

Ont animé des ateliers en 2015

Nick Sangale, peinture / Christophe Girod, théâtre / Kevin Burket, écriture de chanson / Gausy Ponnaiah, percussions et musique / Cedrik Fermont, immersion sonore / Philippe Fagherazzi, arts visuels et peinture / Sébastien Ribaud, théâtre / Fabrice Neaud, dessin / Cie Les Rotules, théâtre / Anouchka Perez, peinture / Angelina Aomar, danse /

Karaoké du jeudi : Natacha Décaillet et Antonietta Boson

 

Ont animé des ateliers en 2014

Hassan Rezqalla, percussions / Christophe Girod,  théâtre / Liliana Salone, dessin/ Nick Sangale, peinture / Cie MuFuthe, répétitions ouvertes / Basile Richon, musique / Christophe Bruchez, peinture et collage / Gausy Ponnaiha, percussions / Kevin Burket, écriture de chansons

 Karaoké du jeudi : Antonietta Boson

 

Théâtre

Sauvées des flammes / CIE Helvètes Underground 

—  15 et 16 mai à 19H
—  17 mai à 17H 
flyer_sauvee-des-flammes-1

 

Accusée de sorcellerie au printemps 1467, torturée, Françoise B., veuve aisée et paroissienne de Lens, bénéficie d’une chance que beaucoup n’ont pas eue : elle avait un défenseur… D’après « Françoise sauvée des flammes » de Sandrine Strobino.

Mise en scène et Scénographie: Cendre Chassanne
Jeu : Sylvia Fardel
Création et régie lumière: David Glassey
Illustration Sonore: Franco Mento
Composition Musicale: Sandrine Viglino
Costumes: Emile Jollien

25.- (plein tarif)
15.- (tarif réduit)
Réservations : + 41 (0)79 960 32 59

https://www.facebook.com/HelvetesUndergroundCompagnie

HISTOIRE D’UN ATELIER

Le bâtiment du Raccot résume et illustre l’histoire de la psychiatrie et singulièrement celle de l’Hôpital de Malévoz.

Construit en 1963, il porte le nom du ruisseau qui traverse le site en sous-terrain. Atelier d’occupation, puis atelier de production, puis atelier thérapeutique, il a été laissé à l’abandon de nombreuses années lorsque la psychiatrie s’est tournée vers les prises en charges ambulatoires, redéfinissant l’hôpital comme un lieu de traitement de crise.

La réaffectation de l’atelier en théâtre poursuit la volonté d’ouverture de l’hôpital initiée dans les années soixante. Réservé à la création de spectacles professionnels, le Théâtre du Raccot est un espace de travail avant d’être un espace de diffusion.

Le Théâtre du Crochetan y programme régulièrement des œuvres intimistes qui trouvent là un écrin.

programme du crochetan

cof

UNE BUANDERIE DEVIENT LANTERNE

L’ancienne buanderie a été laissée par la force des choses à l’abandon. Cette verrue au centre du parc est devenue notre grain de beauté.

En novembre 2011, vernissage de la première exposition dans cet espace où les lingères lavaient le linge sale en famille. Ce qui faisait honte est devenue notre fierté. L’espace était à l’abandon et respirait l’ennui. Aujourd’hui quand la galerie est allumée elle est belle et magique comme une lanterne de Noel.

Les expositions d’œuvres d’art sont notre grain de folie.

Huit expositions sont présentées chaque année.

Nouvelliste galerie – 2011
Plan de la galerie

cof

Messes : jeudi et dimanche — 16h45

La chapelle a été construite en 1923.

Le peintre Albert Chavaz illustre la mission d’hospitalité de Malévoz
en représentant l'histoire de Sainte Dympna et de Saint Gerebernus
dans le chœur de celle-ci.

Selon la légende, Dympna, princesse irlandaise du VIIIè siècle s’est réfugiée avec le Père Gerebernus à Geel dans les Flandres pour échapper à son père qui voulait l’épouser. Le roi les retrouva et après avoir essuyé l’ultime refus de sa fille, les fit décapiter. Depuis des guérisons se seraient réalisées sur la tombe de Dympna, attirant de nombreux pèlerins à Geel. Peu à peu, la ville de Geel, est devenue au cours un centre de soin familial pour des patients psychiatriques. La légende de Dympna exprime ainsi une longue tradition d’accueil et d’hospitalité des personnes marginalisées et souffrantes de troubles psychiques.

Elle a été désignée comme la sainte patronne des personnes souffrant de troubles psychiques, du personnel spécialisé en santé mentale et des hôpitaux psychiatriques.

Dans l’Europe du Nord, Dympna est fêtée depuis des siècles le 15 mai.  Depuis 2011, elle l’est également à Malévoz.

De nombreuses variantes de cette histoire circulent, la plus connue étant sans doute « Peau d’âne » de Charles Perrault.

RTS Espace 2 — Messe de la St-Dympna, 15.05.16

Article Echo Magazine, 2011

Albert Chavaz et le diable, Daniel Rausis, 2013

Sainte Dympna et l’inceste, Bernard Forthomme

La légende de Sainte Dympna

Hôpital de Geel

Musée de Geel

 

 

 

 

Le jardin

Le jardin de Malévoz est le plus grand parc public du canton. Il est également le théâtre de nombreuses activités comme la fête de la musique, les balades printanières, etc.

Le samedi 22 mars 2014, un clou rouge a été planté dans les jardins de Malévoz. Cet opération organisée par Patrimoine suisse-Section Valais vise à attirer l’attention des patients, des visiteurs, du personnel mais également et surtout des décideurs et des planificateurs. Un clou pour dire qu’un jardin est un espace en équilibre fragile, sans cesse menacé, jamais menaçant.

DISCOURS
Source et ressource, le jardin nous accueille en ses secrets, il offre à nos langueurs monotones ses formes familières, il surprend, il suggère. Il met en résonnance le réel de l’extérieur avec notre monde intérieur. Il relie les aléas de notre âme à la fête des sens. Le jardin organise un festival de couleurs et de parfum qui court en un cortège subtil du printemps à l’hiver. Le jardin fait vibrer notre corde sensible, le jardin parle à notre jardin intérieur.

Tous les sens sont saisis de ravissement. Le premier qui saute aux yeux, c’est la vue, évidemment, le jardin comme paysage est d’abord et avant tout une construction photographique, on peut zoomer sur la pâquerette ou faire un grand angle sur le décor lointain, le grand paysage offert par les Alpes Vaudoises. De la même sorte et suivant le même chemin, le jardin tout au long de l’année, s’exprime ensuite en parfum et senteurs. Il faut toucher et se laisser toucher par le jardin, se coucher dans le gazon mouillée, se laisser caresser par l’ombre se faire chatouiller par les graminées. Pour bien vivre le jardin, on devrait s’y jeter tout nu.

On peut évidemment goûter les fruits. Vous pouvez manger les petites fleurs, les glands. Enfant, nous cherchions les fruits des mauves que nous appelions les petits fromages, nous allions comme les guêpes puiser le sucre du trèfle, J’ai toujours été surpris de l’amertume des pissenlits qu’on utilisait comme des trompette.

Trompette du jardin, insectes bourdonnant, merles moqueurs, pinson ou pie vert, chant du vent dans les branches, gravier qui crisse sous les pas, atomiseurs ou tondeuses à gazon, le jardin est aussi une formidable machine à produire de la musique.

GB

jardin

 

UN TORRENT DE CULTURE

Construit pendant la première guerre sous la conduite de l'architecte J. Dufour à Sion, le Torrent a été inauguré en 1916. Cette ancienne unité de psychiatrie abrite désormais deux appartements et des ateliers d'artiste, le foyer du théâtre, une buvette et les bureaux de l’équipe du quartier culturel. S'y trouvent également des logements, une salle de cours et une autre pour le repos du personnel. Ce brassage insolite mêle dans les remous du Torrent rôles et statuts. Des interactions inattendues sont possibles, favorisant des liens éphémères ou durables.
le-torrent_image-1-web

LA RÉSIDENCE

Le programme de résidence d’artiste donne la possibilité à des artistes, toute discipline confondue, suisses ou étrangers, débutants ou confirmés, de séjourner et de développer un projet artistique à Malévoz. La durée de la résidence peut varier d’une semaine à trois mois. L’artiste dispose d’une chambre privée, d’une cuisine collective et d’un espace de travail. La résidence compte une petite dizaine de chambres pouvant loger jusqu’à 15 artistes.

L’artiste s’engage à:
– Mener son projet artistique sur place
– Participer à la vie du quartier
– Proposer une ou des activités régulières pour les patients de l’Hôpital
– Présenter publiquement son travail en fin de résidence

Malévoz Quartier Culturel soutient l’artiste durant sa résidence.

Si vous êtes intéressés, prenez rendez-vous au +41 (0)79 959 55 10
ou par e-mail contact@malevozquartierculturel.ch

BOURSE 

Il est possible sous condition d’obtenir une bourse mise à disposition par le Service de la culture, mais gérée par Malévoz.

Dans ce cas, une partie des frais de déplacement et de matériel peuvent être pris en en charge. Les dossiers sont analysés par une commission de tripartite (Malévoz / Ville de Monthey /Service cantonal de la culture)

Si vous êtes intéressés, prenez rendez-vous au +41 (0)79 959 55 10
ou par e-mail contact@malevozquartierculturel.ch

Retrouvez ici les conditions de résidence avec bourse: conditions_résidence

le-torrent_image_2-web

UN ASILE HOSPITALIER

La résidence du Torrent peut loger à un tarif amical quatorze artistes, en création à Malévoz ou de passage à Monthey, dans six chambres individuelles et quatre chambres doubles. Une cuisine collective est à leur disposition. La proximité des chambres avec le théâtre et la buvette assure un confort de travail apprécié par les hôtes.

Œuvres récentes - Peintures

Isabelle Zeltner-Salamin

Exposition du 15 mai au 14 juin
Mercredi et dimanche de 14H à 16H

—  15 mai dès 17H : Vernissage  
—  L’artiste sera aussi présente le 16 mai de 17H à 19H
MCQ_Isabelle_Zeltner

 

Je crée d’une façon instinctive, intuitive, j’exécute de toile en toile une série offrant dialogue et interaction, dans une composition globale.

Je m’exprime spontanément en faisant coexister des éléments picturaux gestuels dans des plages de couleurs mesurées, créant une tension entre les silences et les coups d’éclat. 

Ma démarche propose des vues recadrées vers quelque chose de plus vaste. Le visiteur est invité à percevoir mon univers intérieur tout en projetant son propre imaginaire. 

Mes images sont des paysages irréels, nimbés de silence d’où jaillissent une trace de pastel, une ligne au fusain, un geste gravé. Gestes suspendus en périphérie qui s’inscrivent et se figent dans le gesso ou dans les surfaces peintes à l’huile. 

La terre ocre ramenée de mes voyages en Afrique participe à cette poésie. Tout comme en musique les silences font écouter plus attentivement, les éléments picturaux, les écritures et les couleurs qui apparaissent en transparence jouent avec les plages traitées plus simplement.

Se laisser émouvoir par un détail, s’inspirer du beau ou se laisser surprendre, tel est mon regard sur la vie, ma proposition poétique! 

Isabelle Zeltner Salamin
Sierre

http://isazeltner.ultra-book.com